Lors du conseil de ce lundi 27 décembre, la conseillère écolo Nadia El Abassi est revenue avec le « marronnier de décembre »  : le nombre insuffisant de conseils communaux par an à Villers-la-Ville et le caractère aléatoire et arbitraire de leur organisation. Aujourd’hui, ces conseils sont organisés au « coup par coup », en fonction de l’agenda de notre bourgmestre et des autres membres du collège.

Plutôt que de déplorer une fois de plus cet état de fait, notre conseillère a préféré faire une proposition concrète visant à planifier l’ensemble des conseils communaux pour toute l’année 2022. 

Ecolo voit de nombreux avantages à cela :

  • Une organisation du travail plus efficace et plus sereine pour les membres de l’administration communale, ainsi que pour les conseillers communaux.
  • Une meilleure gestion du temps de chacun (prendre congé, trouver un horaire compatible avec celui de l’administration, …), qu’il soit conseiller ou membre de l’administration communale. 
  • Les citoyens qui s’intéressent à la vie politique locale peuvent plus facilement s’organiser pour assister aux conseils communaux et porter une interpellation citoyenne devant le conseil s’ils le souhaitent.
  • Assurer la bonne gouvernance communale comme le souligne le ministre des Pouvoirs Locaux dans sont avis rendu en janvier 2021, par rapport au non-respect systématique du Code de la Démocratie Locale (10 conseils minimum par an)dans notre commune.

A court d’argument pour contredire une proposition qui ne pourrait que renforcer la démocratie locale et la crédibilité de l’institution communale, le bourgmestre a balayé d’un revers de la main la proposition d’Ecolo : ce sera 14 fois « NON ».

L’opposition quant à elle a exprimé son soutien unanime à la requête de notre conseillère. Villers-la-Ville confirme donc son statut de « plus mauvais élève » du Brabant Wallon, avec 7 réunions publiques du conseil communal pour cette année 2021.Refus

Share This